Tu B’Shvat – 15 Shevat

Le Nouvel an des arbres

 
Sheva B’Adar – 7 Adar

Ce jour est considéré dans la tradition juive comme celui de la naissance de Moïse et aussi celui où il mourut, exactement 120 ans plus tard. Le lieu de son tombeau est inconnu. Reliant le présent juif au passé, Israël a institué ce jour en mémorial public des soldats israéliens tombés au combat et qui n’ont pas eu de funérailles (le Soldat Inconnu).

Ta’anit Esther – 13 Adar

Le jeûne d’Esther est célébré dans certaines communautés en commémoration des trois jours où Esther jeûna avant d’approcher le roi Assuérus au nom du peuple juif. Ce jeûne est lié à Pourim

Purim - 14 Adar

Pourim est célébré par la lecture du Livre d’Esther, connu en hébreu sous le nom de Megillat Esther, qui relate l’origine de Pourim. Sous le règne du roi Assuérus, Haman, le premier ministre, complote d’exterminer tous les Juifs de Perse. Son plan est déjoué par la reine Esther et son oncle Mardochée, qui finalement sauvent de la destruction les Juifs de ce pays.

Shushan Purim - 15 Adar

Les Juifs de Suse célébraient originellement la fête un jour différent de celui qu’observaient les Juifs vivant ailleurs. Les Juifs de Suse se trouvaient en guerre le 13 et le 14 de ce mois et observèrent le 15 un jour de fête et de réjouissance, alors que dans toutes les autres provinces les Juifs firent la guerre le 13 et firent fête et réjouissance le 14.

Ta’anit Bekhorot – 14 Nissan

Le jeûne du Premier-né est un jeûne observé par les premiers-nés en souvenir du fait qu’ils furent épargnés par la Plaie d’Égypte frappant les premiers-nés. il est observé la veille de Pessah.

PessaH – 15 Nissan

C’est la première des trois principales fêtes ayant une signification historique, agricole et spirituelle (les deux autres sont Shavouhot et Sukkot). Pessah représente le début de la saison des récoltes en Israël aussi bien que la sortie d’Égypte après des générations d’esclavage.

Pourim – 4 mars

Pourim commémore la délivrance de nos ancêtres de l’empire perse du plan d’extermination décrété par Haman, le ministre du roi Assuérus, selon le récit biblique du livre d’Esther. Ce dernier est généralement identifié au roi Xerxès de Perse et les événements relatés dans le livre biblique d’Esther ont donc dû se produire vers le milieu du V siècle avant l’ère commun. Le terme de Pourim vient du mot accadien « Pour » qui signifie « tiré au sort », et fait référence aux dés lancés par Haman pour fixer la date propice (13 Adar) au massacre des Juifs. Les Juifs sont sauvés par l’intervention de Mardochée et d’Esther. La pratique la plus importante est la lecture publique du rouleau d’Esther dans la synagogue. Pourim est marquée par une atmosphère joyeuse de carnaval : adultes et enfants assistent, déguisés, à la lecture et chaque fois que le nom d’Haman est prononcé, les fidèles frappent du pied, agitent des crécelles et organisent un joyeux chahut. En raison de sa nature joyeuse, la fête de Pourim est l’occasion de festivités traditionnelles. Selon la tradition rabbinique, plusieurs commandements se sont associés de la fête : L’écoute de la lecture publique du livre d’Esther dans la synagogue, L’envoi de cadeaux comestibles aux amis (Michloah Manot) et de dons aux nécessiteux (Matanot LaEvyonim). Et enfin, les commandement « le festoiement et la joie ».

Pourim de Chouchan – 5 mars

La fête de Pourim dure deux jours lorsqu’elle est célébrée dans des villes qui, comme Chouchan (Suse), Saféd et Jérusalem à l’époque des événements commémorés, sont entourées d’une muraille.

PessaH : Premier Seder – 2 avril. 3-9 avril

PessaH commence le quinze Nissan, dure sept jours (huit jours pour les Traditionalistes qui se trouvent à l’extérieur d’Israël) et commémore la Sortie d’Egypte. Les rites de cette Fête rappellent que ses origines agricoles et pastorales sont fondamentales dans l’Histoire juive. La libération du peuple juif de l’esclavage égyptien est devenu un puissant symbole de rédemption, non seulement pour le peuple juif, mais aussi pour le monde entier. La cérémonie des deux premiers soirs de Pessah porte le nom de Seder qui veut dire « ordre », « programme », parce que les prescriptions que nous observons alors, suivent l’ordre indiqué dans la Haggadah. La Haggadah, relatant l’expérience historique du peuple juif, affirme que l’esclavage ne se réduit pas à la domination physique, mais que dominer spirituellement ou dégrader socialement prive tout autant l’individu de sa liberté. Pendant Pessah, il est interdit non seulement de consommer le Hamets, mais aussi d’en tirer profit et d’en posséder. Le Hamets provient de la fermentation de 5 céréales : le blé, l’orge, le seigle, l’avoine et l’épeautre.

Le compte de l'Omer
Yom Hashoa – 15 avril

La journée du souvenir des héros et des martyrs de la Shoah.

Yom Haikaron – 22 avril

La journée du Souvenir des soldats tombés pour la défense d’Israël.

Yom Ha’atsma’out – 23 avril

Jour de l’Indépendance d'Israël.

Pessa’H Shéni – 2 mai

Le 14ème jour du mois de Iyar est appelé Pessah Shéni (2ème Pessah). A l’époque du Temple, toute personne qui n’avait pas pu offrir le Korbane Pessah en son temps, pouvait l’offrir un mois après. De nos jours, certains ont l’habitude de manger de la matsa qui est restée de Pessah pour marquer cette fête de « rattrapement ».

Lag B’Omer – 6 mai

Le trente-troisième jour du décompte des semaines entre Pâque et Chavouot, commémorant les événements de l’époque de la révolte de Bar Kochba contre Rome (132-135 e.c.).

Yom Yeroushalaïm – 16 mai

Commémore la réunification en 1967 de Jérusalem.

Shavouot – 23-24 mai

La troisième des fêtes de pèlerinage, tombe le 6 Sivan, sept semaines après Pâque, à la fin de la récolte de l’orge et au début de la récolte du blé. La Torah (Deut. 16:10) la qualifie de fête des semaines (en hébreu Chavouot) dont le décompte s’effectue à partir de Pâque, et la décrit comme le moment privilégié où les prémices des céréales et des fruits étaient offertes aux prêtres dans le Temple. Son autre définition – célébration du don de la Torah au Sinaï – est d’origine rabbinique.